Ça suffit, ces conneries !

Ce témoignage anonyme d'une violence familiale et patriarcale ordinaire conclut qu'il y a exacerbation de la végéphobie lorsque ce sont des enfants (les nouvelles générations !) qui se nourrissent sans viandes.

Ma fille est partie chez sa grand-mère 2 semaines. J'avais fait promettre à ma mère qu'elle la nourrirait de manière végétalienne. A priori ça c'est bien passé.

J'arrive pour passer une semaine chez eux. Mon beau-père ne peut pas m'encadrer, je représente tout ce qu'il déteste (il est raciste, homophobe, végéphobe, bref il déteste tout ce qui sort des sentiers battus). Mais je descends pour voir ma mère et des amis, et je n'ai pas les moyens d'aller à l'hôtel.

Première agression hier : ma fille Danièle et moi on a mangé en même temps qu'eux, mon beau-père avait du poisson dans son assiette. Danièle a dit "je veux du poisson" (quand Danièle va chez son père, une ou 2 fois par mois car son père ne vient pas toujours la chercher, il lui donne de la viande et du poisson), moi je lui ai dit : "mais Danièle les poissons ce sont des animaux, nous on ne mange pas les animaux, il ne faut pas les tuer, nous on est végétariens", et là mon beau-père a explosé en me hurlant dessus que j'étais anormale et qu'"il y en a marre de ces conneries", et d'autres insultes presque comme s'il allait me frapper, puis il est sorti de table. Danièle lui a crié de s'arrêter puis après elle a mangé tout ce que je lui avais préparé.

Donc à partir de maintenant on ne mangera plus en même temps qu'eux, pour éviter les agressions de mon beau-père, sympa non ? J'ai un peu l'impression qu'on est des parias. Et s'il recommence on rentrera chez nous plus tôt. Pendant que Danièle était chez eux, ma mère l'a toujours fait manger avant eux, du coup ça n'avait pas posé problème. Elle lui faisait des plats vegans comme je lui avais listé.

Pendant des années mon beau-père ne m'a jamais agressée à ce point quand je mangeais avec eux mes plats végétaliens. Mais plus le temps passe plus il devient intolérant.

Et j'ai l'impression que la société en général, et encore plus les gens comme lui, sont super agressifs quand ils voient qu'on transmet à nos propres enfants des idées "subversives". Un peu comme si ça ne les dérangeaient pas vraiment quand on le fait pour nous même, mais comme si ça devenait dangereux à partir du moment où on veut "contaminer" un enfant.

Voilà. Je pense que les problèmes avec mon beau-père vont au-delà du végétarisme mais se cristallisent sur ce sujet car ça lui donne le prétexte pour m'agresser à tout moment. Et je ne dois pas être la seule dans ce cas !

Commentaires

1. Le mardi, septembre 30 2014, 21:42 par Shade

Un effet miroir intéressant dans ce témoignage : votre beau père vous refuse le droit à manger végétarien et vous même vous refuser à votre enfant le morceau de viande qu'il réclame. Paradoxe intéressant où chacun est dans le refus de la tolérance à l'autre.
D'autant plus que sur ce site; les cas d'enfant vegan luttant dans une famille omni sont défendu en dépits de leur statut de mineur sous la responsabilité parentale. On considère ces enfants comme murs et conscientisé. Le petit Daniele est surement également conscientisé à la cause animal; mais il fait aussi son choix.

Il y a quelque chose à creuser dans cette absence de réciprocité pour éviter que le veganisme / vegetarianisme ne soit étiquette comme secte.

2. Le lundi, décembre 15 2014, 14:40 par Hypathia

Ce premier commentaire est écrit comme si toutes les opinions et forces en présence étaient égales par ailleurs. Ce sont les VG et véganes qui sont en butte à l'intolérance, puisque la société refuse de se questionner sur sa consommation de chair animale à tous les repas, pas l'inverse. Les véganes et végétariens sont minoritaires, et comme toutes les minorités leurs valeurs et leur parole ne portent pas. Pire, elle sont discréditées par le camp majoritaire qui fausse les définitions. Donc, évitez de nous reprocher notre manque de tolérance. Commencez par vous poser la question : pourquoi avez besoin de tant d'abattoirs pour vous nourrir ? Et ne nous parlez pas de tradition : la viande il y a encore 50 ans en Europe était exceptionnellement réservée aux "occasions", pas un plat de tous les jours. Et dans de nombreuses régions du monde, elle est inaccessible. Les gens y sont sans doute moins obèses et moins accablés de cancers quand ils mangent frugalement mais à leur faim.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://fr.vegephobia.info/index.php?trackback/27

Fil des commentaires de ce billet