dimanche, janvier 30 2011

Témoignage d'une maman

Le témoignage de Sophie, 27 ans, végétarienne quasi végétalienne, maman d’un bébé de 6 mois dont le papa est végétarien.

La discrimination est difficile à cerner parce que quotidienne et parfois invisible. Cela commence par la cantine où, étant enseignante, on devrait pouvoir manger. Ca commence par le personnel de service qui répète bien fort, chaque jour, sur un ton moralisateur « vraiment, pas de viande ? ». Pour un peu, on nous forcerait presque… Evidemment, pas le droit de prendre un fruit à la place du yaourt. On se retrouve donc avec des légumes, du pain et un fruit, les jours (et c’est souvent !) où il n’y a pas de féculents. Comment tenir tout l’après-midi avec ça ? On est donc obligée, si on veut éviter de tomber en hypoglycémie au bout de 2 heures, soit de manger seule en salle des profs, soit d’amener son Tupperware à la cantine sous le regard moqueur des élèves et des collègues, voire du proviseur… On préfère bien évidemment se taire.

Je vais maintenant raconter ma grossesse.

Etant végétarienne, pas tout à fait végétalienne, je pense que j’ai eu moins de problèmes qu’une « vraie » végétalienne. Je pourrais même dire que je n’ai étrangement eu aucun problème pendant ces 9 mois. On m’a laissée parfaitement tranquille, tout au plus ma gynécologue a-t-elle noté dans mon dossier « végétarienne », mais elle n’a fait que me prescrire la vitamine D au 6e mois et le fer comme à toutes les femmes.

Lire la suite...

samedi, novembre 13 2010

La psychologie au secours du carnivorisme

Un témoignage trouvé sur le forum VégéWeb dont nous n'avons malheureusement pas pu retrouver l'auteure.

Bon je me lance ... Je suis désolée si mon post fait un peu son "je raconte ma life" , mais c'est la première fois que j'ose briser la glace en 10 ans de végétarisme et 8 ans de végétalisme et j'en ai gros sur la patate...

Je vis dans un petit village pomé dans les vignes au fin fond du sud de la France et question cadavre j'adorais ça, je ne mangeais pratiquement que ça et des frites. Jamais je me suis posée la question si c'était ou non un animal dans mon assiette. Puis un jour du mois d'avril, mon professeur de technologie au collège nous a proposé de nous montré un super reportage de M6 sur les abattoirs (des fois que ça emmène des vocations) , tout le monde dans la classe était ravi de voir les techniques d'abattage, moi dans mon coin je pleurais en silence ayant enfin pris conscience de ce que je mangeais. L'après-midi je rentre chez moi pour manger, dans mon assiette une pizza fromage-lardons. Je suis partie vomir dans les toilettes incapable de la manger ! (Alors que le matin même j'avais demandé à ma mère de m'en préparée une). J'explique à ma mère que j'ai vu un reportage sur les abattoirs et que je suis plus capable de manger un seul animal ! Elle se lève de table et me flanque une baffe mémorable ! Mon père à son tour se lève et me hurle de sortir de table. Je file au collège sans manger.Le soir arrive mes parents m'attendent. Ma mère une assiette avec une tranche de jambon dans la main : "Mange"

Lire la suite...

samedi, octobre 30 2010

Fièrement végétarienne, malgré les difficultés

Message reçu sur la boîte mail de la Veggie Pride :

Je m'appele Océane Mercier, végétalienne depuis un an environ. Je ne suis pas du tout comprise par ma famille, mes parents, et bien d'autres qui sont irrespectueux et bornés ! Je me suis même faite virée des vendeanges de par mon régime alimentaire. Cette première année a été des plus douloureuse et difficiles, mais j'assume fièrement ce choix, et ce combat pour le droit à la vie pour tous !

mercredi, mai 26 2010

«La végéphobie est la nouvelle homophobie»

Par David Olivier

La phrase ci-dessus n'est pas à prendre littéralement, mais elle a attiré mon attention, étant le titre d'une entrée de blog sur un site gay.

On nous reproche souvent d'exagérer lorsque nous parlons de végéphobie; car, dit-on, personne n'est physiquement attaqué parce que végétarien, ou licencié, ou poussé à se suicider. Parler de végéphobie serait même insultant pour les victimes de vraies discriminations, les noirs, homos, femmes battues...

L'auteur de ce blog, et plusieurs des commentateurs, font entendre un autre son de cloche. Voici quelques passages, avec une traduction sommaire.

Lire la suite...

Encore un cas de végéphobie dans une procédure de garde d'enfant

Ce témoignage a été trouvé sur un forum végétarien (novembre 2009).

Lire la suite...

mardi, mai 25 2010

Analyse d'un article végéphobe

Par Cécile Bourgain

L'article concernant la Veggie Pride du Progrès « Maigre mobilisation des végétariens » a fait l'objet d'un (rapide) débat : certains pensent qu'il s'agit d'un article végéphobes, ce que d'autres personnes ont nié ou considéré comme quelque chose de mineur. Cet article a été repris et résumé par Lyon Plus, une « filiale » du Progrès, sous le titre « Végétariens et végétaliens main dans la main ». L'analyse comparée des deux articles, mettant en lumière ce qui a été supprimé ou modifié, montre bien la végéphobie dont fait preuve le texte initial.

Lire la suite...

mercredi, mars 31 2010

J'ai toujours été végétarienne... malgré tout !

Ceci est le témoignage d'une jeune femme qui aurait voulu être végétarienne pendant son enfance. Il a été lu à l'édition 2009 des Estivales de la question animale, lors de la présentation-débat « Les enfants et la question animale ».

J’ai toujours été végétarienne, aussi loin que remonte ma mémoire, et pourtant, je ne suis pas végétarienne de naissance. Ce ne sont pas mes parents qui m’ont poussée à ne plus manger de viande, loin s’en faut, et pourtant j’imagine que c’est d’eux que je tiens ce nom : végétarienne. Car j’ai le sentiment que c’est bien d’un nom qu’il s’agit, et pas d’un adjectif : contrairement à tout ce que je pense, à savoir qu’on n’« est » pas végétarien, qu’il ne s’agit pas là d’une identité, je me sens végétarienne au plus profond de mon être.

En fait, j’ai le sentiment d’être devenue végétarienne à trois moments de ma vie, et cela a façonné une grande partie de mon existence et de ce que je suis aujourd’hui.

Mes premiers souvenirs sont liés à ma première naissance végétarienne, et à ses conséquences.

Je suis née végétarienne pour la première fois à l’âge de quatre ans, c’est mon premier souvenir, ou presque.

Lire la suite...

dimanche, février 28 2010

Littéralement, peur des végétariens. Concrètement, animaux à l'abattoir.

Par Antonella Corabi

(Traduction de l'italien : Loredana Ballone ; relecture : David Olivier)

Nous voudrions dénoncer la végéphobie.

Littéralement, la peur des végétariens.

Plus précisément, ce n'est pas que l'on se sente persécutés en tant que végétariens. Personne ne crie au complot, ni ne pleurniche en implorant qu'on nous laisse vivre en paix. Pour mieux nous comprendre il faudrait peut-être commencer par préciser deux points fondamentaux : tout d'abord, lucidement, nous savons bien que personne n'en a à faire des végétariens. Ensuite, nous devons nous résigner à écarter toute idée de complot. Ce dont nous voulons parler, c'est précisément de l'aversion envers ceux qui ne mangent pas de viande. De cet ensemble bariolé de situations qui, dans la vie quotidienne et dans les médias, exposent à toute une gamme de critiques les végétariens et leur choix de ne pas manger de viande.

Lire la suite...

samedi, janvier 2 2010

"Je suis en mauvais termes avec mon conjoint..."

Témoignage d'une maman vegan (qui préfère rester anonyme) :

Je suis en mauvais termes avec mon conjoint et il m'a clairement dit qu'il se servirait du fait que je suis vegan en cas de divorce pour obtenir la garde de notre enfant, et qu'il ne voulait pas que notre enfant soit végétalien. Bref, c'est juste qu'il cherche des angles d'attaque, des arguments qui pourraient me discréditer devant des tiers. (Décembre 2009)

jeudi, décembre 24 2009

Bébé meurt, le végétalisme est accusé

Comment un triste fait divers devient l'occasion pour diffamer le végétalisme :

Etre végétalien et allaiter: les médecins sont contre

Un bébé est mort de manque de soins et malnutrition. Sa mère était végétalienne. Pour les médecins, le lien est évident.

Le Post, 04/04/2008

Première imposture : affirmer un lien causal non prouvé

Le sous-titre donne pour « évidente » une évaluation qui ne se fonde pas sur des faits avérés mais sur des suppositions, comme le montre une lecture critique de ce qui suit. Mais le lecteur pressé ne retiendra que le titre.

Lire la suite...

Une volonté de nous faire honte du fait de nous soucier des animaux

Extrait de « Réflexions sur la Veggie Pride » de David Olivier

La végéphobie

... Par son nom, évidemment, la Veggie Pride fait référence aux Gay Pride, puis Lesbian and Gay Pride, qui se déroulent dans de nombreuses villes depuis les années 1970. Je pense que le parallèle est fructueux, et que certains concepts militants homos s'appliquent aussi bien dans le cas du végétarisme. En particulier, on peut repérer et dénoncer dans nos sociétés une végéphobie, une hostilité envers les personnes qui refusent leur participation au grand massacre. Par la Veggie Pride nous revendiquons le fait de « sortir du placard ». Mon expérience personnelle, et le témoignage d'autres personnes, me font penser que c'est loin d'être toujours facile, et que nous devons faire face pour cela à une réelle volonté de nous faire honte du fait de nous soucier des animaux non humains.

Lire la suite...

La négation physique des animaux par la négation symbolique des végétariens

Extrait de « L'animal est politique » (le lien initial est mort) d'Agnese Pignataro (tiré de la brochure « Réflexions sur la veggie pride »)

... Revenons au geste végétarien. Comme déjà expliqué, dans la Veggie Pride le geste de désobéissance est publiquement affiché, sous la forme d'une protestation. Il se traduit aussi en demande de reconnaissance de l'existence sociale — et donc des droits — des végétariens et des végétaliens :

Lire la suite...

page 2 de 2 -